Accueil » Les aides pour inciter les déplacements à vélo pour se rendre au travail

Les aides pour inciter les déplacements à vélo pour se rendre au travail

par Marie Dupon
304 vues
déplacements à vélo

L’idée de se rendre au travail à vélo est de plus en plus tendance. D’ailleurs, pour encourager plus de travailleurs à adopter ce mode de transport, le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs. Ces derniers, se présentant sous forme d’aides diverses, visent à réduire la consommation de carburant, afin de préserver l’environnement. Vous souhaitez passer de la voiture au vélo pour aller au travail ? Voici les différentes aides dont vous pouvez bénéficier pour ce geste éco-responsable.

Le forfait mobilités durables

Depuis mai 2020, le forfait mobilités durables a officiellement remplacé l’indemnité kilométrique vélo. Le nouveau système d’incitation à l’usage des transports économiques implique la prise en charge, par l’entreprise, des trajets à vélo. Ainsi, vous n’avez qu’à remplacer votre voiture par un vélo électrique pour profiter de ce forfait. Vous pouvez vous en procurer un auprès de l’expert du vélo , veuillez vous rendre sur le site Upway.

De façon concrète, en vous rendant au travail à vélo, votre entreprise participe aux frais engagés sur le parcours. Une somme vous est donc versée sous forme d’allocation, mais il ne s’agit pas d’une obligation pour votre entreprise. Toutefois, si celle-ci choisit de l’attribuer à ses employés, il lui revient de définir les modalités de l’allocation.

Cependant, le Plan vélo et mobilités actives ne considère pas uniquement le vélo comme moyen de transport à promouvoir. Certains moyens de déplacement tels que les scooters, les trottinettes électriques, ou le covoiturage sont également pris en compte.

Par ailleurs, sachez que cette allocation avoisine les 600 euros par an, et n’est point soumise aux impôts. Aussi, pour les déplacements hors trajet domicile-travail, l’indemnité kilométrique reste toujours valable.

La prime vélo

Toujours dans le but de promouvoir l’éco-mobilité pour les travailleurs, le gouvernement français a mis en place cet autre dispositif. La prime vélo, spécifiquement liée à l’utilisation des vélos électriques, vise à encourager le troc des voitures contre les VAE. Elle peut être cumulée avec d’autres dispositifs similaires, et ne peut être attribuée qu’aux travailleurs ayant déjà bénéficié d’aides semblables.

Ainsi, toutes les personnes ayant reçu des primes de la part d’un groupement ou d’une collectivité territoriale peuvent en bénéficier. Cela dit, le gouvernement plafonne cette prime au montant de l’aide reçu auprès de la collectivité pour le même motif.

En dehors des VAE, la prime concerne également les remorques électriques et les vélos cargos. Pour ces cas, le plafond dépend du coût d’acquisition de l’engin. Concrètement, la limite de l’aide est de 40 % du montant de l’engin acheté, pour une valeur maximale de 1 000 euros. En outre, la prime vélo ne peut être accordée qu’une seule fois pour chaque cycliste.

La prime à la conversion

Cette dernière s’étend à l’achat du vélo électrique, et se limite aussi à une aide par individu. La prime à la conversion vise surtout à encourager les automobilistes à abandonner leurs vieilles voitures à moteur thermique. Ces derniers devront dès lors se consacrer aux vélos à assistance électrique afin de profiter d’une subvention assez avantageuse.

Pour être éligible à une prime à la conversion, quelques conditions sont requises. Avant tout, vous devez être majeur et disposer d’une preuve de domiciliation en France. Ensuite, votre vieille voiture doit être effectivement retirée de la circulation et mise à la casse pour destruction. Enfin, vous devez louer (sur un contrat d’au moins deux ans) ou acquérir un VAE sans batterie au plomb.

Par ailleurs, vous devez pouvoir justifier que le véhicule envoyé à la casse vous appartient depuis au moins un an. Aussi doit-il posséder une immatriculation française et être non gagé pour que vous puissiez bénéficier de l’aide. Le montant de cette prime s’élève à 40 % du coût d’acquisition du VAE et est plafonné à 1 500 euros.

En conclusion, outre les avantages économiques et écologiques du vélo électrique, vous bénéficiez également d’une subvention en l’utilisant. Ainsi, en vous rendant au travail avec un vélo électrique, votre employeur pourra vous accorder une allocation.

Entre le forfait mobilités durables et les primes accordées, vous avez toutes les bonnes raisons d’acheter un VAE dès maintenant.

Facebook Comments

Vous pouvez également aimer

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité & cookies